[Image : Petit logo]
[Image : Leservoisier.com]
Accueil  ››  Généalogie  ›› Histoire de cette généalogie

Histoire de cette généalogie

Une longue enquête.

L’histoire généalogique des Leservoisier a commencé il y a plus de 25 ans. C’est vers 1978 que les premières recherches ont été mises sous la forme d’un tableau manuscrit pliable et comportant une dizaine de génération.

- Première phase : avant 1983

Ces premières recherches généalogiques doivent beaucoup aux travaux de Marcel Pétron, aujourd’hui décédé, lequel avait entrepris de faire la généalogie de son épouse à partir des registres d’état-civil de la Chaise-baudouin. La commune ayant conservé des registres de catholicité "d’Ancien régime", il a pu continuer ses recherches jusqu’au XVIIe siècle. Il a été le premier à faire le lien entre les grandes branches, la branche aînée et la branche cadette.

Il a été épaulé à la même époque, dans son travail, par Gaston Lecervoisier (1914-1983) - de la première branche "Lecervoisier". Gaston fut le premier, semble-t-il, à faire le projet d’une rencontre de famille, telle qu’elle aura lieu pour la première fois en août 2004. Le décès de Gaston Lecervoisier en avril 1983 mit fin à ces premières bribes de recherche. Le gros du travail avait été fait.

- Deuxième phase : de 1983 à 2002

Cette base généalogique a été reprise, après la mort de Gaston, par Nicolas Lecervoisier (né en 1972) auteur de ces lignes :

    • "Je souhaitais compléter cette première généalogie sur laquelle je ne figurais pas, puisque les Leservoisier du XXe siècle avaient été mis en attente. En tant que petit-fils de Gaston, je voulais relever le flambeau, ce qui m’amena à rencontrer d’autres cousins, que je n’avais jamais rencontrés".

Nicolas Lecervoisier fut aidé, dès la fin des années 1980 par M. Yves Leservoisier (né en 1931), qui connaissait un grand nombre de "cousins" vivant ou ayant vécu à la Chaise-Baudouin.

Vers 1990-1993, Nicolas retrouva la trace des Le Cervoisier de la Maloiselière, éteints en 1647, à partir d’ouvrages généalogiques. Cette trace fut poursuivie jusqu’à la découverte de leur fonds d’archives, à Caen.

Nicolas rencontra ensuite M. Charly Guilmard (né en 1960), manchois féru de généalogie et ayant découvert des Leservoisier de Villedieu au XVIIe siècle. Ce dernier lui fit faire la connaissance de M. Emilien Leservoisier (né en 1930). Cette prise de contact entre cousins grâce à un intermédiaire extérieur fut bénéfique puisque Emilien avait entrepris lui-même ses recherches, sur sa famille proche. Un échange fructueux s’en suivit, avec notamment le rattachement des Leservoisier des Charentes à la première généalogie (1993).

A la même époque, un contact fut établi (1993) avec M. Pascal Leservoisier (né en 1974), de la branche de la Vallée, cousin proche d’Yves Leservoisier ; il vint apporter des précisions utiles.

Yves rencontra ensuite en 1996, également grâce à un intermédiaire, M. Guy Leservoisier (né en 1950), membre de la branche aînée. Sur la première généalogie, cette branche s’arrêtait en 1812. Nicolas Lecervoisier avait retrouvé quelques fragments non rattachables de ce branche aux Archives départementales du Calvados (état-civil de Courson). M. Guy Leservoisier permit de faire le lien avec les Leservoisier de Courson, venus de la Chaise-Baudouin.

Nicolas rencontra ensuite, toujours grâce à un intermédiaire, M. Jean-Luc Leservoisier, conservateur de la Bibliothèque d’Avranches. Ainsi, de 1996 à 2002, divers compléments et ajouts furent apportés à la généalogie subsistante par les uns et par les autres. Yves continua notamment ses recherches en direction la branche établie à Subligny.

- Troisième phase : depuis 2002

La réunion des travaux de recherches de ces deux premières phases forma un petit opuscule généalogique d’une vingtaine de pages, tiré à quelques exemplaires. La banalisation d’internet incita M. Bertrand Lecervoisier (né en 1970), frère de Nicolas, à crée l’actuel site Lecervoisier.com en février 2002. Au cours de l’année 2002 et 2003 furent mis en lignes le résultat de ces vingt-cinq années de recherches généalogiques.

En août 2003, ces recherches fut grandement complétée, de manière très précise, par Mme Paulette Poulain, (née Leservoisier) qui adressa à M. Yves Leservoisier. Son travail ne se limite pas aux seuls Leservoisier mais s’ouvre à toute la descendance de François Lservoisier (1865-1933) et de sa sœur Célina (1875-1967), épouse Godard. Cela compléter en particulier les quelques informations de la branche de Subligny.

En novembre 2003, des contacts furent pris avec Mme Renée Lecervoisier (veuve Pascal), à l’occasion des pré-inscriptions envoyées en août 2003 pour l’Assemblée 2004. Mme Renée Lecervoisier donna un grand nombre d’information sur la branche de son mari Pascal (1934-1964), originaire de Brécey. Cette branche a pu être rattachée au tronc commun le 24 janvier 2004.

De la même façon, le 26 janvier 2004, la branche du Havre a pu être rattachée et complétée grâce aux informations de M. Serge Leservoisier, dont l’ancêtre quitta la Chaise-Baudouin peu après la révolution. Le même jour, M. René Leservoisier (né en 1950) apportait des complément à la branche des Charentes.

Il est probable que l’approche de la rencontre familiale de l’Assemblée 2004 en août prochain permettent le renouement de contacts parfois oubliés depuis longtemps.


Nicolas Lecervoisier, 27 janvier 2004.